Accueil > Politique de genre > Nouvelles > Global Gender Gap Report 2017 : la Belgique recule encore

Global Gender Gap Report 2017 : la Belgique recule encore

Le Global Gender Gap Report 2017 (GGGR) réalisé par le Forum économique mondial vient de sortir. Et le moins que l’on puisse dire est que ses résultats sont peu encourageants. En effet, ce rapport mondial sur la parité entre femmes et hommes montre très nettement que l’égalité f/h à l’échelle mondiale [1] ne progresse plus et accuse même du recul.

La Belgique ne fait pas exception malheureusement. Après avoir grimpé le classement jusqu’en 2014 où elle s’est hissée à la 10e place, force est de constater que notre pays ne cesse de perdre des places depuis le rapport 2015. Il occupe en 2017 une triste 31e place, alors même qu’il était 20e dans la toute première édition du GGGR en 2006.

Que mesure le Global Gender Gap Report exactement ?

Chaque année depuis 2006, le Forum économique mondial publie le Global Gender Gap Report, qui mesure grâce à un index, le Global Gender Gap Index (GGGI) les disparités entre femmes et hommes. L’objectif du GGGI est de comprendre si les femmes et les hommes bénéficient des mêmes droits et opportunités indépendamment de la richesse du pays dans quatre domaines clés :

(1) La santé :

  • le ratio des filles et des garçons à la naissance,
  • l’espérance de vie en bonne santé selon les sexes.

(2) L’éducation :

  • le taux d’alphabétisation selon les sexes,
  • la scolarisation selon les sexes dans l’enseignement primaire, secondaire et supérieur.

(3) La participation économique :

  • la participation au marché du travail selon le sexe,
  • l’égalité salariale f/h (à travail égal),
  • le revenu estimé du travail [2] selon le sexe,
  • l’occupation des fonctions à haute responsabilité selon le sexe,
  • les femmes et les hommes dans les métiers techniques et professionnels.

(4) La participation politique :

  • les femmes dans les parlements,
  • les femmes aux postes ministériels,
  • le nombre d’années qu’une femme a passées à la tête de l’État.

En 2017, la moyenne mondiale du GGGI est de 68%. Ce qui veut dire qu’il reste à combler un écart moyen de 32% pour atteindre la parité f/h dans les 4 domaines mesurés par le GGGI. L’écart moyen mondial de 2016 était de 31,7%.

L’Islande, le numéro 1 indétrôné depuis 9 ans

Pour chacun des 144 pays, le Forum mondial économique calcule un GGGI dont le score est compris entre 0 et 1, le score 0 représentant l’inégalité f/h totale tandis que le score 1 signifie l’égalité f/h totale. Ensuite, un classement des pays est établi selon le score total obtenu.

L’Islande occupe pour la neuvième année consécutive la place n°1 dans le classement mondial du GGGR. Selon Saadia Zahidi, responsable du département "Education, Gender and Employment Initiatives" au Forum économique mondial, l’égalité f/h en Islande a progressé dans les 4 domaines à la fois et de façon rapide. À l’heure actuelle, le Forum estime que l’Islande a réduit de 90% l’écart entre les femmes et les hommes en santé, éducation, travail et politique.
À lire : This is why Iceland ranks first for gender equality

Dans le classement 2017, les places 2 et 3 sont occupées respectivement par la Norvège et la Finlande. Fait remarquable cette année, le Rwanda détrône la Suède de sa 4e place.

Country 2017 2016 2015 2014 2013 2012 2011 2010 2009 2008 2007 2006
Iceland #1 #1 #1 #1 #1 #1 #1 #1 #1 #4 #4 #4
Norway #2 #3 #2 #3 #3 #3 #2 #2 #3 #1 #2 #2
Finland #3 #2 #3 #2 #2 #2 #3 #3 #2 #2 #3 #3
Rwanda [3] #4 #5 #6 #7 - - - - - - - -
Sweden #5 #4 #4 #4 #4 #4 #4 #4 #4 #3 #1 #1

La Belgique depuis 2006

Comme le montre le tableau ci-dessous, de 2006 à 2014, la Belgique est passée de la 20e place à la 10e place selon une évolution variable. Mais à partir de 2015, la Belgique ne cesse de reculer dans le classement.

La Belgique en détails
- 2017 2016 2015 2014 2013 2012 2011 2010 2009 2008 2007 2006
Rank #31 #24 #19 #10 #11 #12 #13 #14 #33 #28 #19 #20
Overall score 0.739 0.745 0.753 0.781 0.768 0.765 0.753 0.751 0.717 0.716 0.720 0.708
Economic participation score 0.716 0.731 0.762 0.758 0.737 0.724 0.719 0.710 0.653 0.652 0.668 0.620
Educational attainment score 1 1 1 0.992 0.992 0.992 0.991 0.991 0.991 0.991 1 1
Health and survival score 0.976 0.974 0.974 0.979 0.979 0.979 0.979 0.979 0.979 0.979 0.979 0.980
Political empowerment score 0.264 0.275 0.275 0.395 0.366 0.366 0.324 0.324 0.243 0.243 0.232 0.232

Dans quel domaine la Belgique doit-elle donc faire des efforts ? Il s’agit essentiellement du domaine de la participation politique et de celui de la participation économique. En politique, la diminution du nombre de femmes dans les parlements et au sein des gouvernements pèse considérablement dans le score final de la Belgique. Quant à la participation économique, la participation des femmes au marché du travail a légèrement augmenté depuis 2014 (#10). Le nombre de femmes à des fonctions manageriales s’est discrètement amélioré (probablement l’effet de la "loi sur le quota de genre"), mais reste faible. L’écart salarial s’est légèrement creusé depuis 2014, les revenus ont un peu baissé et la part des femmes dans les métiers techniques et professionnels a augmenté.

On ne peut donc pas dire que la Belgique ait véritablement régressé. Il s’agit davantage d’une stagnation que d’un recul. Cependant, pendant que la Belgique stagne, d’autres pays réalisent des progrès plus signifiants. Ce qui vaut à la Belgique de perdre encore quelques places depuis 2016.
Citons par exemple la 4e place du Rwanda, la 6e place du Nicaragua, la 7e place de la Slovénie et l’entrée étonnante des Philippines dans le top 10.

→ Explorez les données pays par pays.

→ Consultez le dossier Global Gender Gap Report 2017.

→ Consultez la fiche de la Belgique.

→ Téléchargez le rapport complet.

→ Regardez la vidéo de Saadia Zahidi, responsable du département "Education, Gender and Employment Initiatives" au Forum économique mondial :

Notes

[1144 pays ont été étudiés cette année.

[2En parité du pouvoir d’achat (PPA)

[3Le Rwanda ne figure dans le rapport que depuis 2014.